Exposition « Frontières intimes »

Quand 4 artistes nous interpellent sur la relation entre monde intérieur et monde extérieur…

A découvrir du 25 mars au 14 mai 2017 à La Passerelle – Lieu d’exposition à La Gacilly.
Ouverture mercredi, vendredi, samedi, dimanche de 14h00 à 18h00.

Les frontières organisent, délimitent, circonscrivent, séparent les relations. Elles dessinent des
territoires codés. Nous vous invitons à entrer, traverser, vous arrêter, vous confronter, échanger, interagir,
à passer vos barrières. Vous autorisez-vous à expérimenter dans ce lieu ?

Marie-Hélène RABALLAND s’inspire de toute chose qui la touche et évoque chez elle de l’émotion. Un
voyage, un concert, son pays d’origine et ses traditions, de la musique, une personne… se transforment
en images qu’elle reproduit au crayon de bois ou au fusain sur une toile. Et c’est là qu’entrent en scène
les couleurs. Chacune d’elles prendra la place d’une ombre et petit à petit, le dessin en noir et blanc se
transformera pour devenir lumière. Et vous, de quelle couleur voyez-vous la vie ?
Pour SCENoCoSME, l’œuvre existe et évolue grâce à l’action des spectateurs. Grégory Lasserre et
Anaïs met den Ancxt explorent les relations énergétiques invisibles que nous entretenons avec l’autre. En
rendant audible et lumineux ce qui échappe à notre perception, ils nous rappellent que notre environnement
est fait non pas de choses inertes, mais vivantes et réactives à notre aura biologique. où placerez-vous vos
barrières, devant l’illusion d’une réalité déformée ? Oserez-vous vous rapprocher de l’inconnu ?
Guy TERRiER nous propose des toiles aux cadrages souvent cinématographiques. il privilégie la mise en exergue du contexte dans lequel s’inscrit un sujet, plus que le sujet lui-même. Ce travail est fortement présent dans ses représentations de la vie urbaine, où se retrouvent conceptualisés oppression et sentiment de solitude. Quand des personnages colorés semblent traverser un monde incertain, l’artiste explore la relation de l’individu à la communauté, et nous invite à méditer sur les frontières qui nous traversent…

 

Portraits d’artistes : Miki Nakamura et Jean-Michel Letellier

Exposition "Fibres sensibles" à la Passerelle à La Gacilly

Exposition « Fibres sensibles » à la Passerelle à La Gacilly

La Passerelle a le plaisir d’accueillir en ses murs les œuvres de Jean-Michel et Miki Letellier-Nakamura.  Ces artistes travaillent le papier depuis la fibre de mûrier et nous livrent leur vision de sa métamorphose.

Après avoir fait tout son apprentissage en Asie, Jean-Michel monte son atelier, en 2011, dans une friche industrielle.

Une recherche de plusieurs années les a amenés, lui et sa femme Miki Nakamura, à fabriquer les premiers papiers insérés dans du verre feuilleté.  Les papiers sont destinés à la réalisation de panneaux, portes et cloisons dans l’esprit des « shoji ». Leur collaboration leur ont permis de définir un style franco-japonais en accord avec leur philosophie : légèreté, transparence, évanescence.

La fibre qu’ils utilisent est de la fibre traditionnelle issue de l’écorce de mûrier. La cellulose se trouve dans le liber entre l’écorce verte et le cœur, c’est la partie vasculaire par où circule la sève de l’arbre.

exposition-jean-michel-et-miki-letellier-nakamura-passerelle-la-gacilly-2

Miki Nakamura utilise cette fibre cuite et blanchie avant qu’elle ne soit battue. Elle l’étire puis met en forme cette fibre mouillée sur des moules. Une fois la fibre sèche, elle réalise ses compositions. Son travail est axé sur la fragilité, la légèreté et la transparence.

Jean-Michel Letellier lui utilise cette fibre une fois battue. Elle se transforme en pâte et permet de fabriquer des feuilles qui l’appelle des « muraux ». La feuille n’est plus un support mais une œuvre en soi. Son premier travail fut de développer le filigrane qui est un dessin formé par la différence d’épaisseur du papier. Plus tard, il revisita l’image de la feuille en réalisant un dégradé dans son épaisseur, dégradé prolongé par un entrelacs avec des absences de matière.

A eux, ils ont su donner une nouvelle expression au papier. Le papier est un écran qui capte la lumière et la diffuse en provoquant une ambiance plus sereine que la lumière directe. Dans le verre feuilleté le papier apporte le végétal au minéral du verre. Quand la lumière traverse le papier protégé par le verre c’est toute la fibre qui s’illumine. Les verres deviennent des vitraux.

exposition-jean-michel-et-miki-letellier-nakamura-passerelle-la-gacilly-1

 

 

.

 

 

 

Portrait d’artiste : Céline Lecoq

Céline Lecoq, artiste de l'exposition "Fibres sensibles" à La Passerelle à La Gacilly

Céline Lecoq, artiste de l’exposition « Fibres sensibles » à La Passerelle à La Gacilly

Diplômée de l’école Duperré à Paris, Céline Lecoq a travaillé pendant 5 ans en free-lance, en tant que créatrice textile. Elle a notamment réalisé des maquettes textiles pour des éditeurs comme Nobilis ou Zimmer & Rohde, conçu des imprimés pour la décoration du Bon Marché, réalisé des broderies Haute Couture pour Christian Lacroix…

Depuis 2004, elle réalise des dessins de broderies pour la Haute Couture (Chanel, Dior, Valentino, Armani…) par le biais de la maison Hurel à Paris.

Parallèlement, elle a ouvert en août 2014 sa boutique l’Atelier Sensible à Rochefort en Terre. Elle y présente des photographies, peintures, bijoux et surtout des tableaux en assemblages de tissus re-brodés de matières utilisées en Haute Couture, représentant des paysages colorés et oniriques, dont la délicatesse peut rappeler l’art japonais qu’elle a toujours affectionné.

S’inspirant de la nature, Céline utilise le tissu comme matière première qu’elle transforme et re-travaille pour se l’ approprier en accumulant les techniques : teinture, décoloration, découpage, déchiquetage, ré-assemblage, plissage, broderie, impression sérigraphique sont autant d’ interventions qu’ elle utilise pour transformer la matière et re-créer des « paysages intérieurs » exprimant sa sensibilité.

 

Portrait d’artiste : Yann Pendariès

yann-pendariesIl est photographe professionnel indépendant, diplômé de l’école Icart Photo (Paris, France) en 2005. Il a travaillé depuis pour de nombreuses entreprises et agences de communication, réalisant ainsi des reportages évènementiels, des photos packshot, natures mortes de bijoux de luxe, maquillage, vins & champagnes, des campagnes publicitaires, et de la photographie corporate. Son goût pour la photographie artistique (arrivé 5e de sa promotion, il a reçu les félicitations du jury lors de l’obtention de son diplôme de photographie) l’a également amené à réaliser plusieurs séries personnelles : « My tree, my roots », « Le tour d’Europe en montgolfière en 80 jours », « Les fontaines Wallace à Paris », et la toute dernière « Les tout petits métiers », une série d’autoportraits dans laquelle il se met en scène comme l’acteur principal de métiers miniatures imaginaires…

Le temps dans sa vie est omniprésent, les horloges et cadrans tapissent les murs de son intérieur, et c’est pour cela qu’il a réalisé trois photographies sur le thème des horloges, montres et du temps qui passe. L’appareil photo et la photographie sont les outils majeurs du temps, car le déclenchement d’un millième de seconde fige pour l’éternité un moment de vie, c’est pour cela aussi que la photo fait partie intégrale du sujet sur le temps.

Du « Remonteur de temps » assis sur une montre à gousset, qui remonte le temps pour vous et vous ramène vos plus beaux souvenirs, au « monteur de rouages » qui assemble le mécanisme d’une vieille horloge quand le temps s’est arrêté, et au « Jongleur » qui joue avec les cadrans et les heures qui passent, il nous laisse découvrir tout un imaginaire surprenant et onirique. Chaque image transporte le spectateur dans un monde où les dimensions s’effacent avec humour au profit du rêve…

#Broceliande #PaysdeLaGacilly

Portrait d’artiste : Morgane Côme

Née à Epinal, Cité de l’Image, en 1988, Morgane Côme a grandi en Lorraine, région morgane-comemarquée par une forte tradition industrielle et artisanale. Sa formation de graphiste l’a amenée à m’installer à Londres où elle a exercé ce métier pendant cinq ans. Au fil des rencontres et des expériences professionnelles, elle a enrichi sa culture graphique, son intérêt pour la typographie et les métiers manuels et découvert une passion: la peinture en lettres. Depuis février 2014,  elle apprend les techniques traditionnelles du peintre en lettres grâce à des artistes très expérimentés comme Mike Meyer ou Pierre Tardif.

Elle a également co-fondé le collectif « The Brushettes » pour décrocher des premiers projets professionnels à Londres. Dans le cadre de sa pratique, elle peint à main levée sur des façades, enseignes, vitrines, véhicules… Le peintre en lettres ne se contente pas d’écrire et de reproduire des lettres, il leur donne du sens. Morgane décline donc la lettre sous toutes ses formes, afin de lui transmettre l’esprit du lieu pour qu’elle devienne porteuse d’un message, d’une identité. Elle s’inscrit autour du lien entre tradition et modernité. Les formations proposées dans le domaine de la peinture en lettres étant très rares, elle s’applique à respecter les techniques traditionnelles tout en mettant les compétences acquises au service de projets avec des visuels contemporains.

Sa passion pour la peinture en lettres l’a amenée à comprendre l’importance de l’héritage de la lettre à travers les siècles. Par exemple, les signes fantômes, ces lettrages dont on devine les contours effacés au bord des routes nationales, illustrent bien l’héritage de ce métier. Avec la calligraphie, c’est l’importance de la maîtrise de la plume qui a laissé ses empreintes dans les formes des lettres jusqu’à aujourd’hui.

Ont participé à l’oeuvre exposée :
Morgane Côme: Concept et peinture en lettres, Graphiste et peintre en lettres, Epinal
Benjamin Le Bellego: Découpe et assemblage structure, Etudiant à l’ENSTIB, Epinal
Quentin Le Janon: Plaquage et gravure laser, Co-fondateur In’Bô, Les Voivres
Christin Georgel: Typographie bois (letterpress), Imprimeur d’Art, En l’encre nous croyons, Gérardmer
Victor Bert: Taille lapidaire, Graveur et calligraphe, Bordeaux

#Broceliande #PaysdeLaGacilly

Portrait d’artiste :Laurence Rouvier-Schmitter

D’origine auvergnate, aujourd’hui chalonnaise d’adoption, ses racines familiales ont été et sont encore profondément ancrées dans la vie à la campagne, la nature. Nature, dolaurence-rouvier-schmitternt la force, la fragilité, la vulnérabilité parfois, remplissent et nourrissent inlassablement un imaginaire personnel. Fascinée depuis toujours par la peinture, les couleurs et les matières elle ne se souvient plus du jour où elle a osé plonger dans cet univers magique et envoûtant… Aujourd’hui, peindre est plus qu’un besoin, c’est une nécessité vitale, un exutoire qui s’impose à elle et la nourrit. Peintre autodidacte, elle évolue au fil du temps et des rencontres. Elle ne revendique et ne prétend à rien, juste partager ce qu’elle a à montrer et peut être, offrir à certains, un moment d’émotion et de bonheur. Au gré des envies et des émotions, elle utilise et expérimente des supports variés tels que la peinture, la gravure, la sculpture, les installations…

Curieuse de nature, elle aime aussi explorer, toucher, transformer recycler des matériaux très dive, des plus simples aux plus nobles : filasse, tissus, boutons, objets du quotidiens, plâtre, pâte à bois, bronze…  pour travailler la matière, les formes, les couleurs… propices à l’inspiration et à la création. Depuis toujours admirative et sensible à la beauté de la nature, elle recherche et puise dans celle-ci l’origine et le sens de son travail. Travail en perpétuel changement, comme la nature, qui au fil du temps se déforme et se transforme pour garder des traces du temps qui passe… Végétaux ou minéraux, elle explore leurs couleurs, leurs textures, leurs matières, leurs intimités. Leurs forces et leurs énergies alimentent ses racines, racines de vie,  racines de femme… Au commencement, rien n’est programmé. Une forme, un trait, une image… s’impose, est posé, et suit son chemin pour évoquer le monde qui résonne dans l’intimité du corps de la femme qu’elle est .

Projet exposé : «  9 mois, le temps de la conception ». Ce laps de temps, ainsi défini pour donner la vie, est un moment programmé propre à l’espèce humaine, qui construit chacun de nous.

Ses dernières expositions :

2016
Exposition collective « Photos peintes» à la galerie « Maison Bonchamp » Varades (44) : juin 2016
Exposition évènement « Jardin’Art » participation à l’exposition collective au Village d’artistes de Rablay-sur-Layon (49) : avril/juin 2016
2015
Exposition «  Le bleu naît du rouge », mairie de Bourgneuf-en-Mauges (49) : octobre 2015
Exposition collective « Art’Cyclé » à la galerie « La Passerelle » La Gacilly (56) : octobre 2015/janvier 2016
Exposition évènement « un meublé à p’Art » participation à l’exposition collective au Village d’artistes de Rablay-sur-Layon (49) : mars/avril 2015
Exposition au club de bridge du Roi René, Angers (49) : janvier/février 2015
2014
Exposition galerie « Fort de Villès », Saint-Nazaire (44) : octobre 2014
Exposition au Village d’artistes de Rablay-sur-Layon (49) : juillet/août 2014
Exposition galerie Hectot, jardin des plantes, Nantes (44) : Avril 2014
Exposition à l’Auberge Rablay-sur-Layon (49) : Février 2014

#Broceliande #PaysdeLaGacilly

Portrait d’artiste : Magali Méline

magali-melineArtiste plasticienne, Magali Méline travaille sur les thèmes de l’enfance, de la famille, de la maison par collages, assemblages et installations. Le thème du lit revient fréquemment dans mes travaux, et comme, je rêve beaucoup la nuit, les scènes chaotiques de mes rêves sont devenues des sujets. Dans l’univers de mes rêves tout est incohérent et tout s’entremêle : le temps, les mots, les personnages. Comme pour exulter de mes pensées ces scènes envahissantes, je leur donne vie terrestre.
– QU’ELLE  HEURE EST-IL ?    – Il est 77 heures.    – 77 heures ! AH NON, je suis en RETARD… Je suis en RETARD… Je suis en RETARD… Je suis en RETARD… Je suis en RETARD… Je suis en RETARD…
Comme j’avais ressassé ce message des centaines de fois pendant ma nuit, au petit matin, j’ai interprété ce rêve obnubilant en création. Cet étrange réveille-matin a pris corps en céramique grâce à un travail de collaboration avec un céramiste d’art bien connu dans le Pas-de-Calais : Anicet Delattre.
Tel un pied de nez fait au temps, les horloges « 77h » colorées, joyeuses, nostalgiques et impertinentes sont nées.
Quelques expositions :
 Urban Expo « Dix moi dix mots à la folie », Grenoble 2014
 Festival Les Inattendus, Sainte Savine mai 2013
 Festival Les Inattendus, Sainte Savine mai 2011
 Les « 24 heures pour la biodiversité », Murs à Pêches, Montreuil (CG93) 2010/2011
 Armée du Salut 13ème, résidence d’artiste et exposition, juillet-août 2010

#Broceliande #PaysdeLaGacilly

Portrait d’artiste : Céline Roinsard

celine-roinsardCéline Roinsard a obtenu sa licence d’arts plastiques en 2016 et poursuit ses études en master afin de devenir professeure d’arts plastiques. Elle touche à tout : la peinture, le pastel, la photographie, l’argile, la sculpture sur bois, le graphisme, etc… Céline Roinsard explore par tous les bouts les pratiques de l’art et s’interroge sur cette idée : « jusqu’où est la limite ? Doit-on continuer couche par couche à remplir un tableau ou s’arrêter alors qu’il lui reste des zones perdues ?»
Céline Roinsard propose un triptyque dont la lecture se fait de gauche à droite, nous commençons les yeux fermés sur la vie, puis sommes confrontés à chaque instant aux regards des autres, et nous nous refermons sur nous même. «Combien de temps pouvons nous tenir devant le regard des autres ?»
Elle expose plus loin une autre oeuvre : Décompositions : différents fruits sont enfermés dans un cadre. Elle photographie une fois par semaine le mouvement de leurs décompositions, et encadre chaque photo prise avec la date inscrite dessus, pour garder la trace du temps.

#Broceliande #PaysdeLaGacilly

Portrait d’artisan d’art : Daniel Hervieu

Implantée dans la cité des Métiers d’art de La Gacilly, la Chaudronnerie Hervieu est spécialisée dans la dinanderie depuis 1979. Sa première boutique atelier s’est ouverte en 1985.

daniel-hervieuAprès les objets décoratifs et culinaires des débuts (bassines à confiture, pots à lait, casseroles, etc.), Daniel Hervieu fabrique depuis 1985 des vasques en métal, baignoires et accessoires de salle de bain.  La Chaudronnerie est autonome dans ses processus de fabrication, de la pièce unitaire ou en série, et fabrique elle-même ses outillages. Elle possède un équipement tel que :  tour à repousser, presses d’emboutissage et matériel de polissage, et depuis 2012 la découpe Plasma. Elle est aussi l’une des dernières entreprises agréée par les douanes,  à fabriquer et restaurer des alambics en cuivre.
Ses savoir-faire :  (travaux  sur commande et sur mesure)
• Articles décoratifs =  repoussage – emboutissage , soudure , Etamage (casseroles, lampes, bidons, bassine …)
• Articles salle de bain =  Emboutissage, Repoussage, Pliage, Martelage, Soudure, Polissage…
• Articles découpe Plasma  et patine =  Fresque, Enseigne,  Miroir, Table  Luminaire, Meuble,  Pendule, Porte-manteau, porte-clé,  déco d’intérieur et extérieur…

La baignoire en inox présentée pour l’exposition, invite à la détente, à prendre le temps…

#Broceliande #PaysdeLaGacilly

Portrait d’artisan d’art : Marc Baslé

marc-basle

Marc Baslé à créé l’atelier Terres de Gaude en 2003 dont l’activité principale est la fabrication de peintures et vernis pour les beaux-arts. L’atelier propose une gamme de pastels tendres et d’aquarelles extra-fines pour les artistes ainsi que des peintures à l’huiles sur commande. En complément de cette activité Marc Baslé calcule et créé des cadrans solaires de toutes tailles majoritairement sur des palis de schiste du Pays de La Gacilly.

 

Ce travail requiert deux types de métiers : gnomoniste et cadranier. La Gnomonie , du grec « GNOMON » : indiquer, montrer. Chez les Grecs, le gnomon – petit objet conique tenu verticalement – permettait de mesurer des positions angulaires grâce à la longueur de l’ombre créée par le soleil. Le Gnomoniste est donc la personne qui réalise les calculs nécessaires aux tracés d’un cadran solaire fonctionnel. Ces calculs sont tirés de formules mathématiques complexes issues de la trigonométrie sphérique (cosmographie ou astronomie de position) et d’une science appelée « gnomonique ». Le métier a été règlementé en 1582 par une charte d’Henri III, imposant des règles sur la création de cadrans fonctionnels. En 1641, Louis XIII spécifie qu’il faut « régler les horloges publiques suivant le cours du soleil ». Les gnomonistes du passé étaient des astronomes, des mathématiciens, des philosophes, des physiciens, souvent tout à la fois (par exemple PTOLÉMÉE). Les gens d’église ont beaucoup contribué à l’étude des cadrans solaires. Le cadranier est souvent un artiste (graveur ou sculpteur, peintre…) ou un maçon. Il est capable de tracer et de réaliser un cadran à partir de plans ou d’épures tracées par le gnomoniste. Le regroupement de ces deux activité permet la création de toutes sortes de cadrans solaires : vertical, horizontal, ana-lemmatique, incliné, polaire …

Plusieurs exemples de cadran solaire sont présentés à La Passerelle : cadran à style polaire vertical, cadran à style polaire horizontal et cadran à style polaire équatorial. Ces cadrans nous permettent de nous situer dans l’année.

#Broceliande #PaysdeLaGacilly