Exposition T(eau) ou T(art)

Exposition T(eau) ou T(art)

Dans l’art, le thème de l’eau est grandement traité au cours des siècles. Cette année, c’est aussi la thématique choisie, celle que propose cette exposition, d’associer l’eau aux Métiers d’Art et de la Création.

Omniprésente dans l’univers, l’eau est à la fois source de vie et d’énergie, symbole riche de significations.

L’eau peut être douce, salée, fraîche, jaillissante, stagnante, déchaînée, cristalline, sombre aussi parfois… Il est donc naturel que cet élément aux multiples facettes devienne une source d’inspiration inépuisable pour les artistes. Vitale pour nous tous, elle est indispensable pour transformer la matière, pour la façonner, pour la valoriser et ainsi lui donner toute la noblesse qu’elle mérite.

L’eau, c’est le lien. Ce lien qui relie les hommes et les femmes, les bourgs et les villes, les cultures et le patrimoine.

L’eau, c’est aussi le symbole. Symbole de pureté, de transparence, de calme et de force.

Et enfin, l’eau c’est la vie. C’est la fraîcheur des rencontres, le plaisir des moments partagés et le bonheur d’être ensemble.

Affiche de l’exposition Teau ou Tart à La Passerelle à La Gacilly

Exposition à découvrir du 12 octobre au 29 décembre 2019 à La Passerelle – Lieu d’exposition à La Gacilly.
Ouverture mercredi, vendredi, samedi, dimanche de 14h00 à 18h00.

Publicités

Portrait d’artistes: Patrick Nicol

Ses œuvres

Ses réalisations picturales sont toutes des œuvres pourvues de fixation sur des supports rigides. Il procède par une technique d’accumulation où chaque élément est collé, cloué ou vissé sur le support en CP. Les divers éléments sont laissés autant que possible dans leur état naturel après un travail de restauration. Ils peuvent être retaillés selon les nécessités de la composition. Les supports (le fond) peuvent être peints ou recouvert d’un enduit.
Les sculptures sont réalisées essentiellement avec du bois d’épave en chêne ayant effectué un long séjour dans la vase. Ces matériaux sont choisis pour leur forme qui suggère la figuration future (personnage ou animal) pour éviter une taille excessive. Ils peuvent être associés à des métaux ou d’autres matériaux qui proviennent également du milieu marin. La plupart des sculptures sont montées sur socle.
Patrick réalise également des « Demoiselles du vent ». Il s’agit de mobiles constitués d’un axe (un poteau de bouchot) au sommet duquel pivote une sorte d’aile légère (2 gorgones collées tête-bêche).

 

 

Son parcours

Patrick a suivi un parcours universitaire qui a abouti à une maîtrise en histoire de l’art et archéologie à l’université de Poitiers. Il y a ajouté une expérience concrète par quelques cours techniques aux Beaux Arts mais c’est surtout dans le cadre de son enseignement des arts plastiques pour l’éducation nationale qu’il a développé son art et ce,pendant une trentaine d’année. La démarche artistique et les techniques qui sous-tendent son travail actuel sont essentiellement autodidactes et basées sur une pratique personnelle. Très rapidement, il délaissé les techniques picturales traditionnelles pour s’intéresser à la matière et aux matériaux  de récupération. Mais son parcours artistique n’a pris du sens que lorsque qu’il associe à sa passion le milieu marin dans lequel il vit. C’est au gré des collectes de divers matériaux issus de cet univers que s’est affiné sa sensibilité et les techniques pour les mettre en œuvre. De son travail se dégage un souci constant de privilégier la métamorphose des matériaux marqués par leur séjour marin. Patrick essaie de distinguer les traces de ragage, les meurtrissures, les dégradations de l’objet initial et surtout les multiples couches de couleurs des bois de bateaux.

Dans une partie de ce travail je me contente de mettre en exergue ces matériaux pour leur qualité plastique intrinsèque sans souci de figuration.

Dans une autre partie, plus figurative, je laisse libre cours à mon imaginaire pour raconter des histoires improbables de gens de mer

« Pas de discours métaphysique, pas de message culturel ou sociétal. Juste partager ma façon de voir et de ressentir cet environnement avec parfois un soupçon de poésie, d’humour ou de nostalgie »

 

Portrait d’artistes: Emmanuelle Foucaud

Ses oeuvres

Céramiques contemporaines en porcelaine et grès noir inspirées du monde végétal, marin et minéral.
Le travail d’Emmanuelle Foucaud lui permet de jouer de la translucidité de la porcelaine et des contrastes visuels entre force et agilité.
Pièces uniques ou collections de séries limitées dans un esprit contemporain pour la décoration intérieure qui s’inscrivent dans la préciosité, la délicatesse, le raffinement et l’exigence esthétique.
Emmanuelle Foucaud associe avec audace deux terres de hautes températures : la porcelaine et le grès. Ce mélange, associé au soin du détail et de la ligne, confère à ses sculptures un style actuel élégant et poétique.

Son parcours

Née en 1971 en Bretagne, la pratique artistique a toujours fait partie de sa vie (enfant : cours de dessin et peinture, puis adulte, école des Beaux Arts de Nantes et autres ateliers en cours du soir.).
Happée par sa passion pour la couleur, elle lâche son métier d’ingénieur en agro alimentaire pour se former au métier de Peintre Décoratrice Coloriste. Elle crée alors sa propre entreprise. Elle réalise alors des murs uniques pour ses clients où elle superpose enduits de chaux structurés et patines de peintures irisées et pailletées. Chaque espace étant conçu en termes de matière et de dosage de la couleur.
Parallèlement, soucieuse de travailler aussi les volumes, elle prend le chemin d’un atelier de modelage de la région Nantaise. La rencontre avec la terre est un coup de foudre. Elle décide donc d’aller plus loin et d’entreprendre une formation professionnalisante auprès de Matthieu Liévois. Différents stages de raku et de porcelaine papier lui font découvrir la terre par le ressenti. Et très attirée par l’univers de la création, elle décide de monter son propre atelier.
Elle est adhérente de la fondation Ateliers d’Art de France, Institution qui reconnaît et révèle la Créativité, le dynamisme, la vitalité et la qualité du travail des Artisans d’Art.

Ateliers pédagogiques dans le cadre de « Balade en mer »

L’exposition « Balade en mer » se tient du 12 janvier au 10 mars à La Passerelle de La Gacilly. Des ateliers pédagogiques vous sont proposés et peuvent être précédés ou suivis d’une visite de l’exposition guidée par un médiateur.

Nous animons des ateliers pédagogiques à destination des scolaires. Tout comme les artistes, les élèves peuvent venir créer une œuvre en s’inspirant de la mer et de ses rivages. Et comme lors de chaque atelier, les participants repartent avec leur création.

Nous proposons deux types d’ateliers en fonction du niveau scolaire:

Marée basse: réalisation d’un mobile poissons et coquillages en papier. Découpage des reproductions, coloriage aux crayons de couleur et collage sur ficelle.

Marée haute: représentation de la mer et de ses plages à l’aide de peinture et de sable collé. Découpage et mise en couleur de spécimens marins pour animer l’ensemble.

         

Infos pratiques:

La passerelle, Le bout du pont, 56200 La Gacilly

Service éducatif: Marie Thorel et Marion Didier

02 99 08 21 75 / 02 99 93 47 57

lapasserelle@oust-broceliande.bzh

Tarif visite + atelier: 3€/enfant. Gratuit pour les accompagnateurs et les enseignants.

Tarif visite seule : gratuit

Sur réservation

 

 

Exposition « Balade en mer »

Cette exposition nous emmène entre terre et mer. La mer, cette immense étendue d’eau salée, en perpétuel mouvement : la houle, le clapotis, les marées, les courants, les embruns. La beauté de la mer, son apparence infinie, la force de ses tempêtes… Sans oublier les plages de sable fin, de galets, les falaises rocheuses, les estuaires et rias, autant de lieux qui fascinent, qui invitent à la détente, véritable source de rêverie. C’est là, dans cet univers iodé, que nos trois artistes puisent leurs inspirations.

  • Les sculptures de Christine Le Luron sont empreintes des couleurs du littoral breton, elles sont souvent soufflées par la mer et par ses légendes, par les lumières que nous offre le bord de mer.
  • Emmanuelle Foucaud réalise des céramiques contemporaines en porcelaine et grès noir inspirées elles aussi du milieu marin, du monde végétal et minéral.
  • Patrick Nicol arpente l’estran où il ramasse les différents matériaux laissés par le passage de la mer et compose ensuite par assemblage, des tableaux, des sculptures.

Alors, cap vers le littoral et bon vent !

 

Exposition à découvrir du 12 janvier au 10 mars 2019 à La Passerelle – Lieu d’exposition à La Gacilly.
Ouverture mercredi, vendredi, samedi, dimanche de 14h00 à 18h00.

 

 

 

Exposition « Jeux[suis]nature »

« Jeux (suis) nature » permet d’encourager les projets dédiés à la nature, la flore, les sites naturels avec les métiers d’art.

Parler des métiers d’art, c’est mettre en avant la matière première qui nous entoure : la passion. Passion des matériaux, des gens qui l’entourent, du temps qui passe, de rencontres de mondes opposés et parfois complémentaires. Bref, la passion qui existe entre le respect de la nature et la maîtrise d’un savoir-faire.

Cette exposition souhaite valoriser le travail de la matière et la relation qui existe entre le geste et le respect de la nature. Les 281 métiers qui constituent la liste des métiers d’art sont liés directement ou indirectement aux ressources végétales ou minérales que nous offre notre planète.

 

Exposition à découvrir du 13 octobre au 30 décembre 2018 à La Passerelle – Lieu d’exposition à La Gacilly.
Ouverture mercredi, vendredi, samedi, dimanche de 14h00 à 18h00.

Portrait d’artistes : Marie Batissou

Marie Batissou | Photographe

©C.Pedrono

Marie Batissou, installée à Ploërmel depuis quelques années, est passionnée de nature, d’art, de voyage. Son œil exercé, du fait, peut-être de son ancien métier (enseignante en SVT) s’arrête sur la nature, l’environnement, l’architecture. Elle met en image, depuis l’âge de 14 ans. Sa boîte photographique est modeste, elle ne s’attarde pas, elle essaie de faire des liens, d’être un témoin à son échelle, bien sûr, des changements du monde qui l’entoure ….
Pour faire un clin d’œil aux 45 tours devenus vintage, elle a réalisé différentes pochettes.


Ploërmel (56)

Exposition « Festival OFF »

En marge du Festival Photo La Gacilly, La Passerelle  vous invite à découvrir le travail de 2 photographes locaux :

– Alain EPAILLARD – « Cuba Rural »
– Sylvain DURAND – « Cairn de Gavrinis »

Affiche de la nouvelle exposition Festival OFF à La Passerelle à La Gacilly

Exposition photographique « Festival OFF » du 2 juin au 30 septembre à La Passerelle à La Gacilly.

A découvrir du lundi au dimanche de 10h30 à 18h30.

Exposition « Horizons lointains »

La dernière exposition à découvrir à La Gacilly…

Pour Victor Hugo, l’horizon souligne l’infini et dans cette exposition, nos quatre artistes vous invitent à la découverte d’horizons lointains au travers de leurs œuvres. Les pièces exposées vous entraînent dans des voyages lointains, qu’ils soient réels ou imaginaires.

Exposition à découvrir du 24 mars au 20 mai 2018 à La Passerelle – Lieu d’exposition à La Gacilly.
Ouverture mercredi, vendredi, samedi, dimanche de 14h00 à 18h00.

Caroline Basuyau, artiste coloriste, profondément inspirée par la Polynésie vous propose un voyage plein d’exotisme dans des paysages imaginaires, peuplés d’animaux multicolores.

La nature est souvent si surprenante qu’elle inspire à l’infini. Sandrine Ramona est plus particulièrement attirée par le végétal. Elle vous présente une série de pièces en porcelaine, technique qui joue sur la légèreté et la luminosité.

Brigitte Desault interprète la beauté des paysages naturels et sauvages, en s’inspirant de photos glanées au cours de différents voyages. Ses tableaux réalisés au pastel sont très colorés et presque
surréalistes.

Alain Épaillard, quant à lui, apporte un autre regard sur la campagne et les villages de Cuba, pays qu’il a découvert en 2012. De ce voyage, il vient vous faire partager ses instantanés naturels et hors du temps.

L’horizon vous aspire vers le lointain, promesse d’un inaccessible ailleurs.